09/03/2011

VULNÉRABILITÉ

ENFANTS, NOUS CROYONS QUE LORSQUE NOUS SERIONS GRANDS NOUS SERIONS INVULNÉRABLES. MAIS GRANDIR, C'EST ACCEPTER LA VULNÉRABILITÉ. ÊTRE VIVANT, C'EST ÊTRE VULNÉRABLE. 
(Madelaine L'Engle)

extérieur.jpg

 

"...éviter la vulnérabilité et se protéger de la possibilité d'être blessé, c'est ériger autour de soi un mur que les autres ne peuvent pas franchir. En cherchant à éviter le rejet, nous finissons même par nous couper de ceux et celles dont nous souhaitons être aimés. Quand nous érigeons des barrières, nous maintenons à distance nos plus proches alliés.

Notre tâche n'est donc pas de devenir moins vulnérables, mais de comprendre notre vulnérabilité et d'accepter ses deux côtés, le positif et le négatif.

Les gens vulnérables ont une belle qualité. Ils sont confiants et partagent librement. Ils ne soupçonnent guère que les autres puissent se servir de cette qualité contre eux. Parfois, ils partagent trop, trop tôt. Parfois, ils prennent des risques, convaincus que le monde est bon et accueillant.

L'aspect négatif de leur vulnérabilité est que leur faiblesse est trop apparente, ce qui permet aux autres de repérer rapidement leurs points faibles et de les attaquer.
... 

Nous devons entreprendre le processus de notre reconstruction sans nous départir pour autant des bons côtés de notre vulnérabilité. Nous apprenons à reconnaître les gens en qui nous pouvons avoir confiance et ceux dont il faut nous méfier. Nous apprenons à faire connaître nos points faibles à ceux qui partagent les leurs avec nous. Nous apprenons à nous accepter tels que nous sommes afin que les autres ne puissent plus nous blesser aisément.

Nous apprenons qu'en préservant notre vulnérabilité, nous nous ouvrons à des relations nouvelles et plus profondes avec les autres.

Nous apprenons que l'honnêteté engendre l'honnêteté et qu'il en va de même pour la confiance. Nous découvrons la beauté de la vulnérabilité."

EXTRAITS DE TEXTE:
D'ADÈLE WILCOX

 

DÉDIÉ 

À CEUX ET CELLES QUI SE SENTENT CONCERNÉS

PAR CE SUJET

02:28 Écrit par Mimi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.