02/03/2010

UNE DES CINQS BLESSURES

 

 

 

SITE DE WEB

LISE BOURBEAU

Lise_bleu_web_000

L'AUTEURE DU BEST-SELLER:

ÉCOUTE TON CORPS ton plus grand ami sur la terre

 

 

 

 

EXTRAIT DU LIVRE

LES 5 BESSURES QUI EMPÊCHENT D'ÊTRE SOI-MÊME

DU CHAPITRE 5

LA TRAHISON

On peut trahir quelqu'un ou subir une trahison de plusieurs façons. Selon le dictionnaire trahir signifie: cesser d'être fidèle à quelqu'un ou à une cause, abondonner ou livrer quelqu'un.

Le terme le plus important relié à la trahison est fidèle, contraire de trahison. Être fidèle, c'est garder ses engagements, être loyal et dévoué. On peut faire confiance à une personne fidèle. Quand la confiance est détruite, on peut souffrir de trahison.

Cette blessure est éveillée entre l'âge de deux et quatre ans, au moment où l'énergie sexuelle se développe, engendrant ainsi le complexe d'Oedipe. Cette blessure est vécue avec le parent du sexe opposé. L'âme qui veut travailler sur cette blessure s'attire un parent avec qui il y aura une forte connexion d'amour et une grand attirance mutuelle, donc un fort complexe d'Oedipe.

Voici quelques explications pour ceux qui désirent davantage d'informations sur cette théorie du Complexe d'Oedipe, créée par le psychanalyste SIGMUND FREUD. Selon lui, nous vivons tous ce complexe mais à différents degrés. Chaque enfant, surtout entre deux et six ans, devient amoureux du parent du sexe opposé ou de la personne qui joue ce rôle, car il est à l'âge où son énergie sexuelle se développe. L'enfant commence dès lors à prendre contact avec sa force de vie, sa force sexuelle, celle qui représente sa capacité de créer.

Il est naturel que dès sa naissance, le bébé soit fusionné avec sa mère et qu'il ait un grand besoin de son attention et de ses soins. La maman doit quand même continuer à vaquer à ses occupations quotidiennes et à prendre soin des autres membres de la famille comme elle le faisait avant qu'il n'arrive. Si la mère répond trop à tous ses caprices au point où elle en devient presque son esclave, l'enfant commence à croire qu'il peut remplacer le père et combler maman par lui-même. Dans ce cas, et toujours selon Dr Freud, l'enfant ne passera pas par la phase œdipienne essentielle à son développement et cela deviendra très malsain pour lui au niveau psychologique et sexuel lorsqu'il sera adulte.

Bien passer à travers sa phase œdipienne signifie que tous enfant doit arriver à reconnaître qu'un père a été essentiel pour le créer. Même s'il n'est pas présent, la mère doit faire sentir à l'enfant que ce père existe et qu'il est aussi important qu'elle-même. Aussitôt que l'enfant commence à réaliser qu'il y a eu union des deux sexes pour le concevoir, il développe de l'intérêt pour le sexe opposé. Il développe un désir inconscient de faire un bébé avec le parent opposé.  C'est son pouvoir de création qui se développe en même temps. Cela explique le comportement des petites filles qui essaient de séduire leur papa et des petits garçon, leur maman. Ils vont également essayer de protéger ce parent, malgré la déception de ne pas recevoir l'attention désirée. Quand le parent du même sexe que l'enfant blesse le parent opposé, l'enfant vit cela très difficilement. Certains vont même parfois souhaiter la mort du parent qu'ils accusent.

Malheureusement, la plupart du temps, le complexe d’œdipe est mal vécu parce que la mère est trop possessive de son fils et le père, de sa fille. Plus le père est dévalorisé, voir complètement ignoré parfois, plus il sera difficile de résoudre ce complexe. J'ai observé que ceux qui souffrent de trahison n'ont pas résolu leur complexe d'Oedipe étant jeunes. Cela signifie que leur attachement au parent du sexe opposé est beaucoup trop grand, ce qui affecte leurs relations affectives et sexuelles plus tard. Ils auront tendance à comparer sans cesse leur partenaire avec leur compagnon reliées à ce qu'ils n'ont pas reçu du parent du sexe opposé. Au moment de l'acte sexuel, ces personnes éprouveront plus de difficulté à se laisser aller entièrement. Elles se retiendront, car elles auront peur de se faire avoir par l'autre.

L'âme qui incarne dans le but de guérir la blessure de trahison se choisit des parents qui utilisent la séduction avec l'enfant et qui sont plutôt centrés sur eux-mêmes. Avec ce genre de parents, l'enfant est porté à sentir qu'ils ont besoin de lui et il veut surtout que le parent du sexe opposé se sent bien. Il essaie par tout les moyens d'être spécial pour ce parent. Un homme souffrant de la blessure de trahison me racontait que dans sa jeunesse, sa mère et ses deux soeurs le valorisaient en lui disant que lui seul parvenait à faire briller les chaussures de cette façon lorsqu'il les nettoyait ou à faire tant luire le plancher lorsqu'il le lavait et le cirait. Il ne réalisait pas qu'il se faisait manipuler par la séduction. Voilà un exemple démontrant comment on peut vivre inconsciemment  de la trahison étant jeune.

L'enfant se sent trahi par son parent du sexe opposé chaque fois que ce parent ne tient pas une promesse ou qu'il trahit sa confiance. Il vit cette trahison surtout dans sa connexion amoureuse ou sexuelle. Par exemple, une expérience incestueuse est vécue comme une trahison dans presque tous les cas d'inceste. L'enfant vit également de la trahison chaque fois qu'il sent que son parent du même sexe se sent trahi par l'autre parent. Il la ressent comme si cela lui arrivait personnellement. Un sentiment de trahison peut également être vécu lorsque la petite fille est mise de côté par son père suite à l'arrivée d'un bébé garçon.

Lorsque l'enfant commence à vivre des expériences de trahison, il se crée un masque pour se protéger, comme dans le cas des autres blessures. Ce masque est celui de CONTRÔLANT.  Le genre de contrôle qu'il exerce n'est pas motivé par la même raison que le contrôle exercé par le masochiste. Celui-ci contrôle pour ne pas avoir honte ou pour ne pas faire honte à quelqu'un d'autre, tandis que le contrôlant, lui, contrôle pour veiller à bien respecter ses engagements, être fidèle et responsable ou pour s'assurer que les autres gardent bien leurs engagements. 

 

POUR EN SAVOIR PLUS SUR:

«L’œdipe»

L'histoire d'un 
désir coupable et triangulé.

   Docteur Erick Dietrich - Paris, France

 

darkforest2

23:30 Écrit par Mimi dans Réflexion | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.